Ce qui venait

« J’aime me tenir au dedans…

Je n’avais aucun désir de me tailler un sentier à coups de serpe dans le fouillis du monde.

Je me contentais d’accueillir ce qui venait à moi,

Ce que la vie m’offrait.

La main se refusait à saisir, à s’affirmer.

Elle ne savait que s’ouvrir et recevoir ce qui lui était accordé. »

Charles Juliet

Cet article a été publié dans Extraits, Journal, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s