J’entre et sors du monde

« Quand je dis ton nom, c’est bien plus que ton nom. Les doigts du soleil hors saison. Le lait d’une tasse bleue. La crue d’un coquelicot. La table dressée de fleurs. Des bougies partout pour le mariage du cerisier.

Un voilier arrondit ses hanches. Un fil funambule l’horizon. J’entre et sors du monde par l’écriture et toi. »

Ile Eniger

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s