Je feins l’adulte

« Je feins l’adulte, mais, secrètement,

je guette toujours le scarabée d’or,

et j’attends qu’un oiseau se pose sur mon épaule,

pour me parler d’une voix humaine

et me révéler enfin le pourquoi et le comment. »

Romain Gary

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s