Dans tant de phrases qui glissent

« Dans tant de phrases qui glissent de la tête aux mains,
les larmes coulent aisément, rires ou sanglots.
En quoi sont-elles importantes ?
On donne, on reçoit gratis.
Le corps relaxé près du fleuve
s’éveille à sa force
et connaît la secrète faveur d’une seconde vie. »

Jean-Luc Steinmetz

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s