Deux faces

« La table dressée, les mains,

Les yeux de terre fertile,

Les enfants délivrés

Et la jeune fille habillée d’un poème,

Le don déposé en toi,

La lumière très chaude dans la nuit,

Le feu noué à ses ombres joyeuses,

Puis l’étendue froide des matins,

La cendre léchée par un pauvre chien de soleil blanc,

Les reliefs du repas et de l’amour.

Abondance

Et dénuement.

Avec émerveillement et effroi

Tu visites ces deux faces.

Ici et là

Il y a fête. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s