Un brasier

« La voix du poème

Est en toi.

Un soir d’hiver

Vous allumez un feu

Pour que s’éclaire le cours des choses,

Vérifier si vous avez encore des mains et un visage

Et si vous vous reconnaissez encore.

Tour à tour, vous jetez dans les flammes le bois récolté de vos propres chemins

Si différents.

Cela devient un brasier dans la nuit bleue

Que ni l’aube ni la mort n’osent approcher. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s