Il faut parfois beaucoup de lointain

« Il faut parfois
Beaucoup de lointain
Pour aller de la chambre
Jusqu’à l’étang.

Toujours le vent
Trouve à redire,
À lui-même
Surtout.

Si l’on entendait
Le travail des radicelles,
Qui s’endormirait ?

Dans le buisson,
Des yeux de chevreuils ou de papillon.

Il allait seul
Dans les allées,
Abandonné
Par son enfance. »

Eugène Guillevic

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s