S’il vivait

« Il lèverait un bras de renard
Une mousse de silence
L’air serait un diamant
Sur la rouille étoilée
Des chèvres danseraient
Un rire jouerait avec le remords

Toute sa force
Serait dans l’aube

S’il vivait. »

Gérald Neveu

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s