Sur la feuille difficile

« Dimanche des petites mains rieuses, ocellées de couleurs, tigrées.
Dans un silence qui n’enferme pas où l’enfant a planté ses arbres, a osé un soleil habité.
Seul chante l’oiseau rouge ou bleu du crayon sur la feuille difficile,
toujours prête à s’envoler, inspirée par les vents.
Trop petite. »

Thierry Metz

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s