Le livre de la neige

« Pendant un instant inépuisable,

Je me suis assis près de la neige.

L’âme qui me servait de refuge

S’évanouit et devint une immensité

Appuyée sur l’immensité.

La perfection affluait

Et renonçait à tout recours à la réflexion.

La neige

Était à un doigt de renoncer à être neige. »

François Jacqmin

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s