Le centimètre

« Tu brûles plus pour le centimètre qui sépare ton corps du corps de cet homme, dans le noir de cette salle de cinéma, que pour cet homme lui-même. Tu es amoureuse du moment, de l’idée de baiser, de l’idée de baise, amoureuse des interstices dans lesquels ton désir tourne fou. Tu as besoin de ce centimètre, besoin de ce vertige, de cette douleur, de cette incertitude. Ton écriture aussi en a besoin. Surtout, ton écriture. »

Lisette Lombé

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s