La réalité et la part cachée en elle

« C’est le malheur et la souffrance – l’adversité – qui nous ouvrent les yeux. Quiconque n’a pas connu le malheur, n’a pas les yeux ouverts. Il ne voit pas la réalité et la part cachée en elle. En ne voyant pas ainsi la réalité de la vie, il ne sait pas de quoi il parle. Il en résulte – entre autres – que la seule fraternité qui ne soit pas trompeuse – sentimentale, euphorique ou idéologique – est fondée sur l’expérience du malheur et des lumières qu’on peut en tirer. C’est une fraternité, à la fois exempte d’illusions et ouverte à l’espérance. Qui peut dire mieux ? »

Georges Haldas

Cet article a été publié dans Citations, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s