Quelques mots se cherchaient loin en moi

« Quand j’étais plus jeune, je cherchais la réponse aux questions.

Le silence était une réponse. Si je tendais l’oreille,

j’entendais le vent en mouvement, une porte qui battait.

Les gens allaient et venaient, je me réjouissais

de l’inconnu, j’oubliais vite

et la joie et la stupeur : j’y étais comme chez moi.

À présent, j’ai commencé à parler pour moi-même,

comme si je voulais connaître celui qui parle

et écoute si mal à l’intérieur de mes pensées.

Quelques mots se cherchaient loin en moi

en quête d’un refuge contre quelque chose

de trop difficile à voir. Je les ai couchés sur le papier.

Voilà ce que m’ont appris les mots qui sont venus :

l’adieu est une part de tout ce qui vit

et, quand je rêvais de plus belle,

un retour. »

Bo Carpelan

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s