Le sang s’infiltra

« Depuis la première pulsation du monde je tournais sur moi-même

je pensais comme une circonférence

Intérieurement le barouf me fut toujours intolérable

Je faisais chambre commune avec la monotonie

Les sons me parvenaient sans que je pusse les classer

J’avais une peur bleue de l’espace

Je n’insisterai pas sur la froideur du parcours

ni sur l’antipathie des soleils croisés à toute allure

Cependant que des mouvements d’eaux d’algues d’herbe d’arbres

de sable de fluides et d’ingrédients

annonçaient qu’il naîtrait un corps de tout cela

Par les fissures de la solitude le sang s’infiltra

et désormais circule. »

Henri Pichette

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s