Le seul rassemblement qui compte

« Je n’ai pas de sens
Dit le poème ce matin
Je suis pareil à d’autres exercices
Que tu fais à l’aube
Les mots y comptent peu
Ou la pensée
C’est le geste de me rassembler
Qui importe
Le seul rassemblement qui compte

L’oiseau le traverse, ou le vent
Je ne sais comment je les oublierai
Le temps du poème passera
Je l’userai, je l’oublierai

Tu vois seule demeure cette nécessité
De faire le vide et d’opposer à la pensée
Toujours décevante
Le sentiment rassemblé de mon être. »

Jacques Chessex

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s