Voyageur artériel

« Être

A la longue

Une petite lampe,

Brûler la parole obscure,

Cueillir encore

De l’air dans la page,

Laisser une présence plonger

En elle-même

Et faire son travail d’écriture,

Par accident

Tomber sur l’enfant de soi

Qui joue là dehors,

User le chemin,

Accepter le pouvoir de l’aube

Par les mille petits yeux

Du cœur,

Partir

Partir

Partir

Voyageur artériel du fleuve, du jour et de la nuit. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s