Cette page que tu traverses

« Blanche. Toute blanche. Pour peu de temps.

J’aime cette page que tu traverses, où tu te promènes avec l’enfant.

Dans le bois, derrière le cimetière.

Un sentier nous glisse entre les doigts mais nous n’avons que nos mains à prendre.

Nous nous régalons d’une grappe de raisin.

Personne.

Même pas un chien.

L’enfant regarde un nuage, en rêvant.

Tout s’est déplacé, d’un coup, le temps que nous passions.

L’un contre l’autre. »

Thierry Metz

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s