Le caillou ou toi

« Me voici devant toi

Ou devant ce caillou qui a mordu la poussière

Comme devant la route et le pays.

Vous voici devant moi, le caillou ou toi, nus dans la métaphore.

Toi, amie de la tendresse

Ton souffle engageant librement toute chose

Le caillou, lui, peu bavard

Mais glissant au passage que c’est le moment de vivre

Et même pourquoi pas d’ensoleiller

Tout est très simple avec vous

Pour entrer dans le courant du ciel

Je n’ai plus qu’à m’en tenir à la terre. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s