On bascule sur un autre versant

« Parfois il faut un bâton pour rabattre les ronces,
grimper sur le talus pour mieux cueillir les mûres.
Au sommet on découvre des terrains inconnus,
des vastes gisements de mûres.
Alors on bascule sur un autre versant,
les yeux toujours émerveillés. »

Pierre Tanguy

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s