Lointaine sourdine

« Tout proches,
la terre et les objets familiers.
Le corps est aux travaux du jour,
met de l’ordre dans les chambres,
tond l’herbe redresse les murs,
s’enchante du temps qui passe.
Toute seule cependant,
lointaine sourdine,
une tête fêlée
travaille à l’indicible. »

Jean-Marie Barnaud

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s