Tout se voyait

« Tout se voyait
La nostalgie de la saison qui se meurt
La soif des vieux murs
La folie des alliances
Le fin duvet des paroles tendres
Parfois les prémices d’un espoir
Dans ses feuillages d’oiseaux. »

Georges Bonnet

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s