Ce visage

« Ce visage dans la brume,

Ce regard qui se dérobe

Pour retourner à la nuit,

Cette bouche du matin

Toute modelée de rêves

Comme un arc encore vibrant

De discours inentendus,

Ce visage fugitif

Qui flotte entre deux sommeils

Je le promène avec moi

Dans les ruelles humaines.

Il est l’astre aux rayons noirs,

Il est mon soleil d’ébène,

Mon unique vérité

Quand je cherche ceux qui m’aiment

Et que je me perds moi-même

Sous tous les masques du jour. »

Louis Guillaume

Publié dans Théorie, Poésie | Laisser un commentaire

Elle dormait dans un manteau de pluie

« Elle dormait

dans un manteau de pluie.

Ses yeux étaient des phares inutiles. »

Claude Maillard

Publié dans Extraits, Poésie | Laisser un commentaire

Tout ce que je ne puis dire

« Tout ce que je ne puis dire

A cause de tant de murs,

Tout cela qui s’accumule

Autour de nous dans la nuit,

Il faudra bien que tu l’entendes

Lorsqu’il ne restera de moi

Que moi-même, à tes yeux caché.

Tout ce que je ne puis te dire

Et que tu repousses dans l’ombre

A force de trop désirer,

Cet amour noir comme la mer

Où venaient mourir les étoiles

Et ce sillage de lumière

Que je suivais sur ton visage,

Tout ce qu’autrefois nous taisions

Mais qui criait dans le silence,

Tout ce que je n’ai pu te dire

Le sauras-tu, sur l’autre bord,

Quand nous dormirons bouche à bouche

Dans l’éternité sans paroles ? »

Louis Guillaume

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Je sème de mes mains

« Je sème de mes mains…
Muette est la pluie fine.

Dans un sentier étroit
J’écris ma confidence…

L’écho est mon voisin,
La brume est ma suivante. »

René Char

Publié dans Extraits, Poésie | Laisser un commentaire

D’un bon pas

« Les arbres penchés dans le brouillard immobile
Écoutent le cri de l’oiseau sans patrie.
On passe avec effroi par le chemin de terre :
La haute plaine au-delà n’existe plus,
Les buissons et les pierres sont en exode.
Au milieu du jardin tombé en déshérence,
La source rentre sous l’argile et pas un brin d’herbe ne bouge.
Mais on parle à mots couverts
Derrière la clôture où s’attarde l’odeur d’un feu mouillé qui rôde.
Est-ce vraiment l’aurore ?
Dans le brouillard qui s’épaissit
Luit le tranchant des faux laissées sur la pelouse obscure.
Cependant, je marche d’un bon pas sous le cri mat de l’oiseau
Et les arbres enchaînés m’accompagnent. »

Jacques Réda

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

En nous que les paysages trouvent un paysage

« C’est en nous que les paysages trouvent un paysage…
Les voyages, ce sont les voyageurs eux-mêmes. Ce que nous voyons n’est pas fait de ce que nous voyons, mais de ce que nous sommes. »

Fernando Pessoa

Publié dans Citations, Extraits, Théorie | Laisser un commentaire

Un refuge du souffle

« Chaque mot est un refuge du souffle. »

Paul Valet

Publié dans Citations, Théorie | Laisser un commentaire