Le Grand Cahier

(…)

Nos études

Pour nos études, nous avons le dictionnaire de notre Père et la Bible que nous avons trouvée ici, chez Grand-Mère, dans le galetas.

Nous avons des leçons d’orthographe, de composition, de lecture, de calcul mental, de mathématiques et des exercices de mémoire.

Nous employons le dictionnaire pour l’orthographe, pour obtenir des explications, mais aussi pour apprendre des mots nouveaux, des synonymes, des antonymes.

La Bible sert à la lecture à haute voix, aux dictées et aux exerccies de mémoire. Nous apprenons donc par coeur des pages entières de la Bible.

Voici comment se passe une leçon de composition: nous sommes assis à la table de la cuisine avec nos feuilles quadrillées, nos crayons, et le Grand Cahier. Nous sommes seuls.

L’un de nous dit:

–       Le titre de ta composition est : “L’arrivée chez Grand-Mère”.

L’autre dit:

–       Le titre de ta composition est : “Nos travaux”.

Nous nous mettons à écrire.. Nous avons deux heures pour traiter le sujet et deux feuilles de papier à notre disposition. Au bout de deux heures, nous échangeons nos feuilles, chacun de nous corrige les fautes de l’autre à l’aide du dictionnaire et, en bas de la page, écrit:  “Bien”, ou “Pas Bien”. Si c’est “Pas Bien”, nous jetons la composition dans le feu et nous essayons de traiter le même sujet à la leçon suivante. Si c’est “Bien”, nous pouvons recopier la composition dans le Grand Cahier.

Pour décider si c’est “Bien” ou “Pas Bien”, nous avons une règle très simple: la composition doit être vraie. Nous devons écrire ce qui est, ce que nous voyons, ce que nous entendons, ce que nous faisons.

Par exemple, il est interdit d’écrire: “Grand-Mère ressemble à une sorcière”; mais il est permis d’écrire: “Les gens appellent Grand-Mère la Sorcière”.

Il est interdit d’écrire: “La Petite Ville est belle”, car la Petite Ville peut être belle pour nous et laide pour quelqu’un d’autre.

De même, si nous écrivons: “L’ordonnance est gentil”, cela n’est pas une vérité, parce que l’ordonnance est peut-être capable de méchancetés que nous ignorons. Nous écrirons donc simplement: “L’ordonnance nous donne des couvertures”.

Nous écrirons: “Nous mangeons beaucoup de noix”, et non pas: “Nous aimons les noix”, car le mot “aimer” n’est pas un mot sûr, il manque de précision et d’objectivité. “Aimer les noix” et “aimer notre Mère”, cela ne peut pas vouloir dire la même chose;. La première formule désigne un goût agréable dans la bouche, et la deuxième un sentiment.

Les mots qui définissent les sentiments sont très vagues (…)

Agota Kristof, “Le grand cahier”

Cet article a été publié dans Extraits, Roman, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s