L’identité narrative

« L’identité narrative rend compte avant tout de l’apprivoisement du temps par l’humain. Pour Ricoeur, phénoménologue, le récit est le gardien du temps, dans la mesure où il ne serait de temps que raconté. Seul le récit peut relever le défi d’exprimer et de partager notre vécu subjectif du temps (…) A partir d’une étude critique des philosophies du temps, des théoriciens narrativistes, de romans, de récits oraux, et en faisant sienne la vision freudienne d’un moi divisé, Ricoeur va décrire comment la fonction organisatrice du récit de fiction opère, via la mise en intrigue (mise en scène), une synthèse de l’hétérogène. Sur un étroit chemin de crête, le récit des événements instaure, selon lui, une concordance discordante. Le récit est source de discordance en tant qu’il surgit, et source de concordance, en ce qu’il fait avancer l’histoire. Soumise à ce fragile équilibre, la pratique de l’action narrative est la fondation d’une identité dynamique qui concilie l’identité et la diversité grâce à une mise en intrigue de soi en tant que personnage. La personne, pour Ricoeur, n’existe qu’en tant que personnage du récit qu’il construit intérieurement et partage avec autrui par sa narrativité. Cette identité narrative est notre plus intime inscription dans la continuité de notre soi et, simultanément, dans la communauté que nous partageons avec autrui. »

Sylvain Missonnier

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s