Vraie poésie

« Un Monsieur, poète parisien qui dirige une collection poétique, vient sur ma demande (les frais d’édition s’élevant à 20000 francs payables par l’auteur) de me retourner mon manuscrit. C’est avec un étrange sentiment qu’on retrouve son enfant abandonné depuis quelques mois entre les mains de l’Assistance. Le Monsieur poète a des attentions touchantes; outre quelques fautes de frappe, il s’est cru autorisé à me signaler en marge quelques vers de treize, quatorze voire quinze pieds parmi les alexandrins, quelques répétitions (deux fois le mot “rouge“ dans le même poème!) et lorsque j’écris: “Appuie de toutes tes forces sur le champignon de la beauté“, ce champignon lui fait l’effet d’une fausse oronge et il le souligne d’un trait.

Si j’avais à répondre à ce Monsieur poète, je le ferais à peu près dans ces termes:

Monsieur, je ne doute point de votre compétence en tout ce qui touche le domaine de l’art et je conçois votre étonnement en face de mes vers. Voici une dizaine d’années arrivaient dans une bourgade de campagne une jeune fille parisienne avec son fiancé. Sa surprise fut grande lorsqu’elle aperçut dans un petit rectangle de pâture, rêveuse, une vache. – “O Georges ! une vache ! une vraie vache !“ Ainsi, Monsieur, je vous pardonne. Vos petits signes de cabale au crayon ont-ils voulu marquer tout simplement votre surprise? Quoi que vous puissiez en penser, il existe encore une vraie poésie, comme il existe de vraies vaches dans nos villages. »

René Guy Cadou

 

Cet article a été publié dans Citations, Extraits. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Vraie poésie

  1. catherine dit :

    Le long de l’étonnement
    s’établit la poésie, c’est là
    que nous allons.

    Forcés par personne de louer
    autre chose dans le pain
    que le pain.

    Reiner Kunze

    • Judith Chavanne dit :

      Pourriez-vous s’il vous plaît m’indiquer le recueil dans lequel on trouve ce poème de Reiner Kunze? Je l’avais en tête et cherchais précisément le recueil auquel il appartient… Merci.

      Judith.

      • catherine dit :

        J’ignore si ce texte est repris dans un recueil, je l’ai trouvé dans un ouvrage collectif intitulé « Lettres à la jeunesse. Dix poètes parlent de l’espoir. » édité à l’occasion du printemps des poètes 2003. Flammarion, collection Librio. ISBN 2-290-32820-0
        Bonne recherche!

  2. Judith dit :

    Merci, C’est là en effet que je l’avais lu la première fois aussi, et je ne m’en souvenais plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s