Un chemin de mots

« Un chemin de mots

Fit de tes yeux

Des oiseaux

D’un geste d’encre

D’un coup d’ailes

Il fallait franchir les déserts, les dépotoirs

Il fallait trouver la maison

Il fallait étancher la soif

Un peu d’eau fraîche

Dans le bol fêlé du cœur

Qu’une main déposait

Chaque matin

Sur le seuil de l’éternité. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s