Un soleil d’enfant

« Des sons de l’ange aux hurlements des bêtes, de la musique des étoiles aux contrepoints de l’eau, j’habite dans ma bouche. Mon corps est ma langue. (…) Un brin d’herbe apparaît sur le visage des lettres. (…) Un soleil d’enfant, un poème sans rime (…) Je soulève du crayon un silence de mille tonnes. Une eau passant sur des cailloux désaltère ma soif. (…) Un brin de paille fait un nid, une plume un oiseau, un nuage la mer, le plus humble vocable une immense prière. (…) Je ne suis sur la page qu’une phrase à déchiffrer, un je qui se dissout et se refait dans l’encre. »

Jean-Marc La Frenière

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s