L’entêtement du cœur

« La neige quand elle tombe ne dessine que la neige. Seules les pentes bleues des monts signalent leur présence, le dos des épinettes qui se dressent plus haut. Une laine pesante recouvre tout le reste. J’y signe d’un traîneau une phrase naïve. Le visage des pierres se cache pour pleurer. La neige quand elle cesse n’efface que la neige. Il n’y a plus de chemin. On avance à tâtons. Nous regardons le monde avec les yeux du dedans, la chaleur des mains, l’entêtement du cœur. »

Jean-Marc La Frenière

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s