On vient

« Un simple courant d’air

Un chantier corporel

Une coulée d’encre

Versée au ras du sol

La poésie s’achève

Un coude de phrase opère

Les doigts croisés

Pas plus

La vie qui se réveille

Un trou lessivé d’être…

On vient

J’existe au bord des lèvres. »

Didier Cahen

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s