Clarté sans fond

« Chaque matin l’étonne de nouveau

Le goût – toujours le même – de la source

Et d’y voir naître à l’instant où il boit

Depuis dix mille années le même fleuve

Dont tout le cours lui flue entre les doigts

Ainsi des mots disant la même chose

Insaisissable en sa clarté sans fond

Entre les pierres de nos langues bétonneuses

Elle échappe au triste devoir de raisonner

Et sur le lieu déjà futur de leur ruine

Comme un sourire féminin qui s’illumine

De loin en loin elle scintille par les prés. »

Pierre Emmanuel

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s