Préparer toute rencontre

« Toute poésie doit partir du langage…
Et travailler à toute transfiguration dans le silence. 
Et rêver la flèche qui va toucher la cible, 
Avec la splendeur, le stupéfiant 
Du rayon qui franchit l’horizontal, 
Traverse l’épais feuillage, 
Pénètre dans le regard du tout-petit. 
 
C’est bien vers un jour en croissance 
Qu’il faut revenir.  
Et préparer toute rencontre. »

Fernand Ouellette

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s