Un poème peut-il porter toute l’étendue ?

« Une seule fenêtre
Peut boire tout l’espace
Un seul poisson
Peut rêver de la mer
Mais un poème
Peut-il porter toute l’étendue
Du malheur
Toutes les écailles du bonheur ?
Peut-il être le ciel
Et le cri dans l’étable
Peut-il être ce sang qui s’évade
Cette chaleur qui n’a pas su te garder. »

Hélène Cadou

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s