L’acte d’écrire est ouverture

« L’acte d’écrire n’est pas un discours. Le discours mène, logiquement, quelque part. L’acte d’écrire, au contraire, est ouverture. Si l’acte d’écrire devient discours, ce qui se voulait ouverture ne peut amener, en fin de compte, qu’à une conclusion de plus. Mais en poétique, il n’y a pas de conclusion. Absolument rien à cataloguer. Seulement une nudité, et la figure d’une danse. C’est en dansant la danse que le danseur avance en nudité. »

Kenneth White

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s