L’image qui prend toute la matière

« On peut saisir la différence entre les dialectiques de la raison qui juxtapose les contradictions pour couvrir tout le champ du possible et les dialectiques de l’imagination qui veut saisir tout le réel et qui trouve plus de réalité à ce qui se cache qu’à ce qui se montre. Le mouvement est inverse des dialectiques de juxtaposition aux dialectiques de superposition. Dans les premières, la synthèse s’offre pour concilier deux apparences contraires. La synthèse est ultime démarche. Au contraire, dans l’aperception imaginaire totale, la synthèse est première : l’image qui prend toute la matière se divise dans la dialectique du profond et de l’apparent. Le poète qui communique tout de suite avec l’image matérielle profonde sait bien qu’une substance opaque est nécessaire pour soutenir une si délicate blancheur. »

Gaston Bachelard

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s