De l’invisible

« Les oiseaux du ciel…
Sans artifice et sans ruse, de l’invisible
Je les obtiens
Des oiseaux de merveille
Poussent de la paume de ma main

Dans l’ivresse de cet état
De ma lèvre bouillonne le vin. »

Djalâl ad-Dîn Muḥammad Rûmî

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s