L'enfance d'une parole

« Toute la mer dans ton petit seau,

Tu es venue sur cette plage

Retrouver les jeux d’eau et de sable,

Ton corps quand il était l’enfance d’une parole.

Parce que c’était possible,

Tes yeux sont devenus plus bleus de la lumière du vent ;

Les ombres chassées n’avaient plus prise sur ce rivage.

Et dans ta bouche explosait le goût de l’amour, du sel, de l’éternité

Tandis que tu bâtissais un château provisoire

Bien au-dessus de toute mort. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s