Je n’ai rien cédé au temps

« Les jours passent et rien ne passe
Mon amour mon amour mon amour
Je n’ai rien cédé au temps.
Viens que je t’emporte
Viens sans autre escorte
Que le feu de ma bouche
Et un battement d’aile.
Ton corps n’a plus de frontière
Mon amour mon amour mon amour
Il est une errance fertile.
Viens à toutes forces
Détruire l’ordre qui veut
Éteindre nos secrets,
Défaire nos destinées.
Sur le qui-vive et sans peur
Mon amour mon amour mon amour
Notre chant durera autant que la lumière. »

André Velter

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s