L’envol

« Il y a…

sous nos paupières des ciels si clairs
qu’aucun chagrin ne peut tenir

et sous le fer de nos masques
la liberté enclose et l’amour enfui.

Je voudrais l’envol des oies sauvages
retenues dans nos gorges

et tous les vents du sud à nous étreindre
et nous embarquer vers la mer. »

Patricia Ryckewaert

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’envol

  1. Clarke dit :

    Joli !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s