Une musique à délivrer

« L’eau seule est nue
dans la chaleur,
dormeuse,
et le désir descend des yeux,
et le désir
est une hache,
arbre très calme,
est une hache le long de toi.

Et les joncs peuvent croître
la source dort,
le bel érable de ton corps,
où la sève siffle en silence
une musique à délivrer,
la blanche soie de ta clarté
endort les branches de ton sang
dont chaque feuille reste à lire. »

Alain Borne

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s