Balade

« Durant la balade

Nous nous sommes assis

Sous le catalpa,

La forme de feuillage que l’on prête aux choses.

Peut-être parce que nous avions besoin de goûter

Plus loin

Cet instant du monde

Et ce temps de nous-mêmes,

Faire l’inventaire des cailloux

Et regarder nos souffles se glisser

Comme deux serpents entre les pierres,

Laisser travailler les ombres que l’arbre distribuait

En cachette du soleil

Comme de petites mains fraîches sur notre peau.

Je n’en reviens pas de toi

De la part manquante

Qui soudain respire

Alors qu’ensemble nous en devenons les bords,

Que nous nous trouvons,

Après s’être cherchés longtemps,

Par des jeux d’enfants vieux comme le monde. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s