Le sommet de la contemplation

« Voici le sommet de la contemplation,
et nul art ne saurait l’atteindre
bleu, si bleu, le lointain archipel,
et la mer qui miroite, miroite
nul art ne saurait l’atteindre,
l’esprit ne peut que tenter de s’y accorder
de s’apaiser, de s’espacer,
tenter de s’ouvrir, tranquille, au-delà du monde
révélé à lui-même en terre de diamant,
dans la lumière au-delà des mots. »

Kenneth White

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s