Frère

« De fatigue je me suis assis sur une roche.
Mes mains soutenaient ma tête désolée,
Car aucun de mes semblables n’avait d’indulgence pour moi.
J’entendis une voix douce me dire : Tu n’es plus seul mon frère.
Cette voix était celle d’un petit cours d’eau. »

Jean-Marie Kerwich

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s