Source enfouie dans le passé

« Cette source enfouie dans le passé,
promesse d’un poème futur,
d’autant mieux saisie qu’elle fut si longtemps perdue de vue.
Comme si d’avoir séjourné dans l’oubli
elle n’en jaillissait que plus fraîche, plus vraie.

Après une longue absence, la source, telle un fantôme
revient hanter la page blanche.
Goutte de pluie, miette de nuage, après un périple souterrain,
en un mince filet, elle s’épanche dans un bassin d’ombre. »

Gaston Puel

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s