Mon corps existe dans toutes ses saisons

« C’est le matin.

J’entends les cloches de la cathédrale

Et j’imagine le doux roulement de l’Odet sous les mouettes.

Je ferme les yeux.

Mon corps existe dans toutes ses saisons,

Modelé par les caresses

Qui lui ont donné partout la courbe d’une paume et d’une bouche. »

Yanette Delétang-Tardif

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s