A la fois rien et tout

« Je garde l’image
du petit café ouvert sur la rue
où nous nous étions assis
l’un à côté de l’autre
comme deux écoliers sages
devant un jus de tomate et un café glacé.

Sur ton carnet tu dessinais en souriant
tes morceaux de pensées et de sentiments
avec tes crayons de couleurs.
Tu mettais parfois des mots dessous.
J’avais le droit de regarder.

C’était simplement ça mon ambition :
ne pas perdre cette sensation d’être là
à ma place en ce moment du temps
où fixer ce qui se passait
– dans un poème pourquoi pas ? –
pouvait être à la fois rien
et tout. »

François de Cornière

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s