Comme une source souterraine

« Écrire c’est tenter de faire venir au grand jour quelque chose qui est caché. Un peu comme une source souterraine qu’il s’agirait d’appréhender dans le silence de la terre. Le poète est une sorte de sourcier, sans baguette de coudrier, ni aucune baguette magique, qui se contente d’être attentif au cheminement le plus lointain d’une source vive. La moindre distraction de sa part suffirait pour que disparaisse et se cache ailleurs ce souffle d’eau dans le noir, cette petite voix impérieuse qui cogne contre son cœur et qui demande la parole. »

Anne Hébert

Cet article a été publié dans Citations, Extraits, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s