Gestes simples

« Deux rames gisaient à mes flancs… Faire des gestes simples : relever les plombs, parler seul, longer. C’était une soif entière, un envol à la surface du seuil, glissant mon corps vers un secret, très loin derrière mes bras… Mon buste et mon souffle prenaient le rythme des avirons. Il fallait avancer sans bruit, approcher. Puis cerner le lieu possible. Les chaînes descendaient comme des bijoux, des colliers dans la vase. Tous les actes respiraient. »

Dominique Sampiero

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s