Ce maigre chemin

« Le temps avait démantelé les voies.

Pour revenir restait ce maigre chemin

Serpentant dans le langage,

le corps et le souffle.

Ton pied foulait un sol immatériel

Où tu reconnaissais

Chaque feuille morte

Chaque île de neige

Chaque empreinte de sabot.

La maison

Sortait du bois et de ses hivers ;

Aux fenêtres

Les fleurs du gel

Fondaient sous l’haleine. »

Cédric Migard

Cet article a été publié dans Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s