Le brouillon de la journée

« Elle a aux yeux l’escarpée des pierrailles, les lilas de tombée de jour, l’herbe qui blesse, le froid des matins. Elle a la chaleur du rêve, l’aile du geste. Elle est de châtaigne et d’ortie, de feu et de terres. Elle serre la visite du moindre, ouvre les mains, souffle et le brouillon de la journée commence. Elle relaie les heures, distrait le silence, boit le café à la bouilloire de midi, et, jusqu’au soir, vérifie sa verticale. On ne tombe jamais que de soi. L’arbre est patient… Elle a aux yeux l’enfance d’une interrogation: tu m’aimes ? »

Ile Eniger

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s