Lever

« Au lever, c’est un éblouissement

Sur lequel se détache l’encre de deux grands feuillages,

Quelques bosquets, un ou deux toits.

L’air est d’une fraîcheur sonore,

Rayée d’insectes vifs,

L’herbe un infini de feux liquides. »

Jacques Ancet

Cet article a été publié dans Extraits, Poésie, Théorie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s